Bouturage et multiplication

Tradescantia : c’est pas la misère à bouturer !

Je partage avec vous l’expérience de bouturage des Tradescantias. Parmi les plantes que j’essaie de bouturer, je n’ai pas trouvé plus facile !

On les trouve à l’état endémique en Amérique du Sud, et plus particulièrement au Mexique. Elles doivent leur nom à John Tradescant Jr., botaniste britannique qui a importé en Europe de nombreuses plantes des Amériques.

Pourquoi apprécier les Tradescantias ? En Europe, ce sont clairement des plantes d’intérieur (qui supporteront un passage en extérieur en été), car elles ne survivent pas au gel. Elles sont rampantes, et coloniseront les surfaces des pots, avant de retomber de façon agréable. Elles mettront alors en avant leurs jolis feuillages dont les tons varient du vert au pourpre en fonction des variétés. Elles fleurissent, mais leurs fleurs sont éphémères (d’ou un de leurs surnom d’ « éphémères »).

Au détour de mes lectures sur les Tradescantia, j’ai découvert une particularité intéressante de cette famille : leur sensibilité à la radioactivité. En effect, les filaments du pistil de certaines Tradescantia passent du bleu au rose lorsqu’ils sont exposé à une source de rayons gamma. Cette plante peut donc être utilisé comme detecteur naturel de radioactivité.

Maintenant, qu’en est il du bouturage que je vous ai promis « easy » ? Je ne vous ai pas menti. J’ai eu l’opportunité de pouvoir réalisé cette année des « prélèvements » de trois variétés différentes de Tradescantia, pour tenter le bouturage :

  • Tradescantia fluminensis : aussi appelée « Ephémère de Rio », elle est des trois celle qui a les feuilles les plus petites. La bouture que j’ai récupérée a des tiges rouge, et des feuilles majoritairement vertes, parfois zébrées.
https://bs.floristic.org/image/o/c24a8ea38212748dc705581ad0924eae3e592b93
Tradescantia fluminensis
  • Tradescantia zebrina : les feuilles de cette variété sont plus grandes, et franchement zebrées. Elles ont la particularité esthétique de luire à la lumière, comme si elles étaient recouvertes de métal, assez joli ! Lorsque l’heure est venue, elle porte de petites fleures roses.
Tradescantia zebrina
  • Tradescantia pallida : avec un lien de famille évident avec les deux précédentes, cette dernière variété ravira les jardiniers d’intérieur à la recherche de couleur, car elle est totalement pourpre, pas de zébrure ici. Elle apprécie la lumière, et la chaleur, avec des feuilles plus grandes et allongées.
Tradescantia pallida

Le bouturage est une jeu d’enfant : un morceau de tige de 10 – 15 cm convient. Il suffit ensuite de maintenir dans de l’eau pendant quelques jours / semaines, avant de voir pointer des racines. Il parait qu’il est aussi tout a fait possible de disposer ces tiges directement dans de la terre humide pour qu’elles y prennent racine. Voici en photos le résultat : les tiges et leurs racines.

Tradescantia zebrina en bouturage

A peine la première racine sortie, j’ai mis en terre ces boutures, et maintenu le terreau très humide. Et jusque là, tout va bien ! Je vous laisse tenter l’expérience, et je mettrai à jour l’article pour vous laisser suivre l’évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *